Lundi 25 Juin 2018

Plan du site: Annales de Bretagne T33
Titre:      Annales de Bretagne T33
Catégorie:      Bibliothèque virtuelle
LivreID:      032012
Auteurs:      Divers
ISBN-10(13):      nc
Editeur:      Annale de Bretagne-Publié par la faculté de Rennes
Date de publication:      1918-1919
Edition:      Annales de Bretagne
Number of pages:      0
Langue:      Français
Prix:        
Evaluation:      0 
Image:      cover
Livre électronique:      Aller à la page du livre
Description:     

Annales de Bretagne T33 1918-1919

p.NP (1)
•TABLE'- DES MATIÈRES DU TOME XXXIII 1 .-•-?»̃/ ,̃' ARTICLES DE FOND .. i. ' Allen ou .(Jean). – Histoire féodale des marais, territoire et église de Dol (suite et lin), p. 266, 325. BERNARD (Maurice). La municipalité de Brest de 1750 à 1790, p. 336, 471 (suite al lin). Bourde DE LA Rogerie

p.155 (6)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE CHAPITRE II Catalogue épiscopal (suite) 35. Jean IV. Dans un acte qui ne peut pas être postérieur à 1163, puisqu'il mentionne la présence de Jean (de la Grille), évoque de Saint-Malo, notre Jean, qui était élu depuis peu de temps à l'archiépiscopat de l'Eglise de Dol

p.156 (3)
LA METROPOLE DE BltETAGNE. :?(i. Rolland III. – Le 11 novembre 1177, le chapitre de Dol élut Rolland, doyen d'Avranches, religieux et lettré, en présence de Robert de Torigni, abbé du Mont Saint- Michel, et des évoques de Bayeux et d'Avranches W. L'Elu, qui était originaire de l:'ise, se rendit à

p.157 (4)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. ,ra on,r ». 1"101 ,1.:10 c'oÎn/e' nom de l'Amour Divin, au nom des saints de cette église qui reposent en France, Samson à Orléans, Magloire à Paris, Turiau à Saint-Germain-des-Prés, amène plutôt une entente entre Dol et Tours'1). – A cause du roi, le pape accordait

p.158 (1)
qui préside à l'Eglise de » Tours fut, à toutes les époques, le métropolitain de » la Petite-Bretagne, et, avec lui, notre royaume a » l'Océan pour limites. Cependant, tes clercs de Dol u s'apprèlenL à briser sur notre jeune tête l'antique » couronne de France. A la suggestion des uns

p.159 (1)
!n. – En même temps, le roi mandait au cardinal Octavien « Rome veut allumer des incendies de haine. Que votre autorité intervienne pour empocher l'effusion du sans'! » '2 Et pour appuyer celte pièce. rarrhevOque de Reims disait au cardinal Meilleur « A l'occasion de la discorde entre Dol et Tours, une rancœur

p.160 (8)
LA MÉTROPOLE DE BEETAGNE. 1 ~'v LA .11'1tIJrV.l¡J~ Ll.~ llJ.{.~TAU.N~4 37. llLo.Mti 1er. – II était fils de Robert Filz Harding et doyen de Morlain. Il mourut à Rome, au mois d'août 1188, pendant une épidémie (D'après la Chronique de Roger de IIoviSDiiX. Cf. Ilist. de Dol, p. 258). :SS. ,liv\N V

p.161 (3)
de Dol 3'. Au reste. nous savons que Gélestin III commença par prorogée l' l'examen de la question métropolitaine, qu'il convoqua dans la suite l'archevêque de Tours, que notre Jean se rendit, alors à Rome, et que son adversaire obtint un nouveau renvoi de l'affaire ù plus tard'4'. En al tondant

p.162 (4)
de » l'Eglise, qui, après avoir ruminé avec sagesse, mar» client sans retour, à moins qu'un conseil meilleur » ne les ramène sur leurs pas. Fasse le ciel que, dans » clans la controverse des églises de 'l'ours et rie. Dol, » qui est si vieille, et si fameuse par snn antiquité » même, nos prédécesseurs

p.163 (4)
faire porter ses lettres de convocation. Le procès dura huit mois. Dol insista sur l'argument (lu prescription, qui lui était le plus favorable jamais évoque de S. Samson n'avait l'a H .ses soumissions à Tours. De là retondue de l'enquête sur le cas de Hugues Le Roux oui ou non, ce cas était

p.164 (7)
, qui, revenant d'Angleterre, avait voulu prier au tombeau de S. Martin [Th., III, 956). Vers le mois de septembre 1203, les routiers de Jeau-siins-Terre brûlèrent la cathé- drale romane et emportèrent les reliques des saints [Ilist. de Dol, p. 9, 24, 265). Je ne connais pas de texte qui fournisse la date

p.165 (7)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. incliné à croire que Jean VI est bien Jean de la Mouche, d'abord chantre de Dol, puis Elu archiépiscopal, puis premier évêque de Dol (au compte de notre église), vivant encore en 1207 W. 40. JEAN VII, ou Jean de Lysenech. On disait à Dol Joan de Lysenech w et Johannes

p.166 (5)
, archi- diacre et chanoine de Dol "̃*). Le 7 juillet 1233, le pape répondit à Clément que les professeurs ou les élèves des facullés de théologie, qui avaient des bénéfices à Dol ou dans le diocèse, devaient toucher intégralement leurs rentes; mais que les autres prébendes devaient être forcés

p.167 (2)
. Jean VIII, ou Jean Mahé. – Fils d'Even JYIahé, chevalier, et de Perpétue, pour lesquels il fonda un obit dans sa cathédrale'6). Chanoine de Dol, et archidiacre d'Outre-Loire en l'Eglise de Tours, il fut élu évêque le 5 janvier 1266 (n. st.), et promit à la métropole tou- rangelle. « obéissance

p.168 (4)
); conseiller de Philippe le Hardi, il est auprès du roi, en 1285' le 18 mai 1291, il passe un accord à l'Abbaye sous Dol avec un chevalier w en 1202, il commence la lutte contre l'archevêque de Tours W; le 30 mars 1295, Boni- l'ace VIII exempte Thébaud, a vie durante, de la juri- diction de Tours

p.169 (2)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. ~1. r~~ r _c. corde W – Longtemps avant son décès, il avait fait, déposer dans le trésor de l'Eglise de Dol quatre mille livres en petits tournois. Il légua de l'argent pour des œuvres pies, et des joyaux à l'Eglise Romaine, et une certaine somme pour la croisade

p.188 (1)
l!)2-"l!t|). Signalons entln tes manuscrils conlenant Venqnèle faite par les instihilnurs sur les patois français de la Haute-Bretagne à. la demande de la h'acullc des Lettres do Rennes et qui sont au nombre de 201». Il n'est que juste de signaler à la reconnaissance des érudits le distingué

p.243 (4)
de Quiuiper, uf. Pryrox, Ciirhil. de Quimper, l!)f)!i. p. 2.2.r . 230. – L'obit dans la cathédrale de Dol était célébré anciennement le 13 janvier. (A cette date, dans le Livre novae du Chapilre, on lit Obiit Ta' dk Morkac). (2) Ilisl. de T)ol. p. 27. 2( 73, 27S. Sceau de. Tean du Hois. appendu à

p.244 (3)
et, les faubourgs de Dol, se déguisaient, troublaient les honnêtes gens pendant la nuit, et s'amusaient à faire le charivari 3). Il s'entendit avec le pape pour son tes- tament, dans lequel il faisait une part au Saint- Siège (3'. De son vivant, il fonda une messe son intention dans la cathédrale du Mans

p.245 (8)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. yt1 uiL114VrVLL 1JL ~J.1.4\L".c. 47. Guillaume II, ou Guillaume Melchin, M. Evèque de Pampelune, puis de Troyes. Il fut transféré à Dol, à la fin d'avril 1324 2 , par Jean XXII, qui, sans doute, comptait sur lui pour faciliter la liquidation de trois testaments épiscopaux

p.246 (4)
LA HKTROl'OLE DE liRETACJNK N" r, ,r m" 1, ~v ,r •i8. Juan X, ou Jean (VAvawjoui'. – Evoque de Saint-Brieuc. transféré à Dol, en J.:j28. Mort le 8 mai 13iO» . 49. 1-Ienui 11, ou Henri du Bois. – Le 30 mai 13'jO, nous avons célébré la messe devant une foule nombreuse, puis, après un sermon

p.247 (4)
. Simon LE MAYE (ou Le Maire). Il devint abbé de Marmoulier en 1330 et fut dans ce poste vingt-deux ans environ. Ensuite, il fut évoque de Dol, puis il passa à Chartres 5). Son épiscopat breton commence en octobre 1852, et finit en mars 1357 (°) 51. Grcoi'Tiiuv II, ou G. de Cociinuismt. –Abbé

p.248 (7)
amicale de Grégoire XI à révoque de Dol » , 21 mai 1375, Parlement où l'on publie l'ordonnance de la majorité des rois de France, Charles V tenant son lit de justice, l'évêque de Dol est présent (». 52. Guy de Roye m. Evoque de Verdun, nommé à Dol le 27 mai 1381, par l'anti-pape Clément VII

p.249 (2)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. faveur du roi de France, le 16 juin 1382 w. Il ne tarda pas trop a mourir (2). 5i. Evrard du Thémagon. Docteur in ulroquc, doyen du chapitre de Chartres, nommé à-Dol par Clément VU, le 17 octobre 1382. Il fit sa soumission à la Chambre Apostolique le 17 novembre de la dite

p.250 (6)
LA HÛTROFOLE DE BKKTAGNK. l'évêché de Rennes à celui de Dol, et qui Cit sa sou- mission à la Chambre Apostolique le 15 mars 1387 W. Le duc Jean IV l'empêcha de prendre possession du temporel, et l'évèque de Dol vécut et mourut, dans un n état notoire de pauvreté w. Son décès arriva le 2 février

p.251 (7)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. 57. Etienne II, ou Etienne Cueurel. – Il fut reçu chanoine de Dol le 10 février l'i()2 (n. st.) ivK Archidiacre de Munies, chancelier de Bretagne, il l'ut nommé au siège épiscopal de Dol le novembre 1105 2), el il obtinl, le 28 avril 1406, des lettres de main-levée

p.252 (6)
au chapitre plusieurs livres (5). Au XVIIIe siècle, on célébrait son obit le 2 mars, et l'on chantait son libéra près de son tombeau, dans le chœur de la cathédrale, du côté de l'Evangile (« . 58. Guillaume IV, ou Guillaume de Mont[ort. – Il fut transféré de Saint-Malo à Dol, et c'est à

p.253 (10)
LA MÉTEOPOLE DE BEEÏAGNE. 5 ï ). Je.w -XI, ou Jeun de Bruc. Né à (îlennc (", le diocèse de Vannes; archidiacre de Nantes, vice-chancelier du Bretagne, évèque de Tréguier l2'. Le 15 mai 1431, il prend possession du siège de Dol par procureur o). Dans. un synode diocésain, il ajoute quelques règle

p.254 (5)
le sacrifice, que le prêtre n'avait pas la liberté de ses mouvements m. (il Raoul de i.a Moussa yf, '~1. – Raoul, par la grâce de Dieu, Elu de Dol conlirnié, lit son entrée le 25 décembre 14-44, et fut reçu en chapitre, aussitôt après la sortie des vêpres w. Henri VI d'Angleterre lui accorda un délai

p.255 (9)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. manière exemplaire ces perturbateurs de 1 Eglise "I. Comme le droit de visite de l'archevêque de Tours paraissait fort désagréable au clergé de Dol, Févêquo finit par s'accorder avec le métropolitain, et celui-ci reconnut la prééminence du prélat de Dol, partout où

p.256 (7)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. 02. Alain II, on Alain de Coëtivy, connu sous le titre de Cardinal d' Avignon ù). – Le 18 juin 1456, il fut, pourvu de l'administration de l'évôché ®. Ne pouvant résider, il fit, placer à Dol d'abord Amuroise DE Cambrai, évêque d'Alet, qui devint dans la suite chancelier

p.257 (5)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNK. W T1 f' r. mende w. Il résigna une seconde fois en faveur de Christophe de Penmarch, son neveu, qui fut pourvu en Cour de Rome le 7 février 1474 M. Alain de Coëtivy mourut le 22 juillet suivant. Ci'}. Christophe de Penmarc'h '3l. – Pourvu de l'évêché de Dol, sur

p.258 (10)
- verneur du Château Saint-Ange, en mars ou avril 1179 '2 ; transféré à Dol, « Thomas, par la permission divine et du S. Siège Apostolique, élu et confirmé de l'évèché de Dol », envoie, de Rome, au duc, son ser- ment de fidélité, le 27 juin 1482 M; il est en relations avec Alla veille, qui lui peint

p.259 (8)
I.A JIl'rntOPOLE DE BltETAGNE. nier; il rentre en Bretagne, et les démêlés de François II avec le roi de France provoquant la prise de Dol, le U octobre li87W, il se montre généreux et s'applique à réparer les maux de la guerre'2); le 9 avril 1493 3), Alexandre VI accorde aux évoques du siège

p.260 (7)
de Saint-Samson, qui est mon épouse. Néanmoins, son neveu Jean James, chanoine et trésorier du chapitre de Dol w, lui fit élever un tombeau t2 , chef-d'œuvre de la Renaissance. f 6. Matiil'rin de Pléduaïs '3 . II fut élu évêque de Dol le 12 juin 1504 W. Le dimanche 6 juin 1507, il fit son entrée dans son

p.261 (5)
T,A MÉTROPOLE DE MBKTÀGNE. veau bréviaire de Dol, qui sortit des presses à la fin de juillet 1519 'D. Mort le 10 décembre 1521 ta). 67. THOMAS 11, ou Thomas Le Boy 'a). Chargé de bénéfice?, ou pluraliste comme on dit dans l'Eglise Anglicane, il fut nommé évoque de Dol par le pape; mais François Ior

p.262 (6)
T,A MKTHOrOLE DE BUTÎTAGNE. .V'~ I.o.1..J"J .L~J..L-VLJ'" mr. nmr..mv.rmr.. de Laval, fut légitimé par le roi en mars 1539. Nomme par François Ior à l'évêché de Dol, et pourvu par le pape le 6 nov. 1528. Abbé de Paimponl, en 1530; abbé1' du Tronohel, en :15:ï'i il avait en outre les lilres suivants

p.263 (6)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. cuteur testamentaire'1!. Son élut de sanlé l'avait sans doute déterminé à prendre ces deux coadjuleurs 2 . 70. Jean XIII, ou -Iran du Mus. – IJ recul ses bulles de Rome, qui étaient datées du 9 avril 1557; il les fit présenter le 24 septembre suivant au chapitre de Dol

p.264 (7)
ses poésies erotiques, en 1559 et 1560; pourvu de l'évcché de Dol le 29 mai 1560 W vient au concile de Trente le 2 décembre 1562 prête serment de fidélité au roi pour Tévêché de Dol -5) consacre le 16 septembre 1565 '6 entre au chapitre le 4 février (1) UiH. de l')ol. p. 40-'ig. 47-5-1, 192, 282

p.265 (3)
, larrons, et autres personnes accusées de crimes capitaux ». On suppliera le dit seigneur de renoncer à l'avenir à de telles entreprises, et on demandera des réparations (Arcii. dé p..de Rennes, Chap. de Dol, liasse G. 3G7). [2) La liquidation de la succession du prélat fut longue et laborieuse. Enfin

p.266 (3)
JRAN ALLENÛU HISTOIRE FÉODALE DES MARAIS, TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL (Suite) (G. Olivier, chevalier, de Baguer!10''), et dix autres vieillards, ayant prêté serment, ont confirmé les déclarations précédentes au sujet, de l'Alleu de Baguer, et relativement à la Quéhannière, à RuQac, au Bois-Hamon

p.267 (2)
du XIIe siècle, et qui figure avec les personnages du territoire Dol-Combour (MnniriK. Pi:. T, col. 779). (1.06) lit dans la Roche vue mine de (romcnl (liifii. fi, ce qui répond au li'.xti: ùi' lan-(H île 'J305 (in Hocha). – Ui Itorlie isiLi-u dans quantité il: noms de lieux au lerriloire de Uol

p.268 (4)
Vieuvillu une demi-mine de iroinenl, sur ses jonchées enlre Dot et le Mont Dol ,Morh:i- Pr., I, 773 Hingant élait anciennement un nom bien connu dans Vonomaslique doloiso. Par l'obituaire du Livre Rouge (24 mars). nous savons que !o prêtre Ilingant, qui vivait dans le premier quart du XIV'8 siècle

p.269 (3)
Ç TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL. recepil. Et rneteriam vlcecomitis de Porrehol et meteriam lieredum de Gutte, audivit esse de dominico archiepiscopi. Vidit ctiam acram terre que est ad Guttam de granis, quam tenet Renaudus Robert, esse archiepiscopi ita quod vidit Baldricum archiepiscopum sedentem

p.270 (4)
dans Ifs affaires qui intéressi'iil, l'abbaye de la Vicuvil'.c ou Hasculphe rie Snligné, seigneur de Dol-Combour (Morice, Pr., I, col. 604, 720, 721!. Giii'lemme de la Massue (de Mncliua ou de Mania!, chevalier, parait dans un accord, qui l'ut confirmé en 1.213 (Mohjck, Pr.. I, col. 823

p.271 (11)
TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL. viderunt, et addiderunt quod quidquid Gaufridus Hoel et quidquid Jordanus de Machua tenent in marisco, et acra terre quam lenent filii Willclmi gilii Menei prope grangiam archiepiscopi, quam dimisit idem Willelmus in morte sua, et tres acre terre que sunt ad Diquerel

p.272 (7)
cheval, chaque fois que le dit seigneur l'ail le voyage de Rome 129). – Au sujet du hou Ici Haye, el du moulin de Dol, et des sectes de Kercou, les témoins ont répété la même chose que les autres. –Les chanoines et le prùiro nommés plus haut, ont ajouté que tes héritiers de l'oiil-tiércmar (13Q

p.273 (3)
TEEEITOIEE ET j'îlJT.ISE BK DOL. quod feudum Willfelnu] Boloc est de doimiuco arcmepiscopi et fuit de donis Juhelli. 19. Dixit etiam Gauterus Krobaul quod feudum Hoquinne ds Marisco débet archiepisco umun ser-oienlem, cum equo, quandooumquc ibil Romain. De buticulatioue. et de molendino Doli

p.274 (7)
, le bouleillage de Dol, la terre d'Alain, fils de Briand, et les sectes. Douze vieillards de Kercou, ayant prêté serment, sont pleinement d'accord avec les précédents, en ce qui concerne les sectes, le marais, Kercou dans l'étendue de la terre noire, les jonchées, et les prés de Saint-Broladre, les verclières

p.276 (7)
HISTOIRE FÉODALE DES MAEAIS \l. 1.1. 'J. 1~~ sent que l'archevêque Baudry prit en main toutes les sectes et les régit, mais qu'il abandonna dans la suite cette propriété, sous bénéfice de vingt sous de rente annuelle, et pour le temps qu'il plairait ù l'archevêque de Dol (110). Quelques-uns

p.277 (3)
TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL. din placerot dolensi archiepiscopo. Addunt etiam quidam eorum quod tres saltus molendinorum super Guiol, et villa Archenouc similiter et Tremehin sunt de dominico archiepiscopi. 21. De Ros, VII homines jurati dixerunt quod feudum fiurandi juvenis debet archiepiscopo

p.278 (14)
HISTOIRE FKODAI.E DES MARAIS 22. Les bourgeois de Dol 15U ont prêté serment. Ils ont dit et attesté les mêmes choses. Ils ajoutent unanimement que toutes les douves de Dol sont du domaine archiépiscopal; de mûme, la chapelle Bruslé ll51); de même, la forêt Harault, avec toutes les haies (153

p.279 (11)
'i'KBEITOIEE ET ÉGMSK KK DOL. 22. Et burge uses dolcnses, jurati, dixerunt et hec eadem r testantur. Et addunt communiter quod omnes dove Doli sunt de dominico archiepiscopi et. capella Brusle et foresta Heraudi, cum totis sepibus, sicut. fossatum de parco archiepiscopi dividit, sunt de dominico

p.280 (5)
H1STOIBE FJÏODALE DES SfAEAIS un quart de froment; et ceux qui ont le ohampurl des vignes et des jardins de Dol sont obligés de procurer à l'archevêque des nappes, à Noël et à Pâques les témoins s'en portent garants. La masure d'Etienne le Moine est du domaine archiépiscopal. La masure de Martin

p.281 (3)
comparcum vinearuiu et ortorum Doli debent invenire archiepiscopo napas in Natale Domini ut in Pasclia. JVIasura Stephani monachi est de dominico archiepiseopi. Masura Marlini lierberti débet teneri de archiepiscopo. Prata Wil][elmi] de Mont Dol, et prata Will[elmi] de Hirel sunt do dominico

p.282 (7)
-Ondes, mais sur la limite de la paroisse de Vildé-la-Marinp. (Cette paroisse fait partie de la commune de Hirel). Ainsi le Pont-Meneuc marquait. la séparation des diocèses de Dol et de Saint-Malo. (Voir Genék, Marais, 135 et sq.; Ouili.oti.n- de C., P., III, iOO-1). On disait le Pomenet et le Pont

p.283 (2)
T1JUU1O1HE ET ÉGLISE DE DOL. hommes jurati dixerunt quod le Homère, a Coisnon usquc Pomenooc, et terra relie ta a mari, et pisces invenli in terra, et tliesauri inventi, et custodia viarum, et pischaria VVill[elmi| ltose, pischaria Aveline, pischaria Cormarani, pischaria Garnerii, pischaria (iarnni

p.284 (2)
note 159 du § 34. (173) Duo ingéra lerrac de metteria Ylvarn (arrêt de 1.3! 5;. Et 1684, « et £. En Normandie, le juger était employé comme synonyme d'acre (Df.lisle, Classe n.f/ric, p. ! 3( ). Dans le pays de Dol, à ia (In du XIIe siècle, les mesures agraires sont l'acre, le juger, le journal

p.285 (2)
TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL. 7 Guio!, metjeriaj Stophani de Guiol, et L acre terre feudi Hardol quod heredes Odonis de Musterian tenent hec omnia sunt de dominico archiepiscopi, prêter i'eudum Hardol, quod débet teneri de archiepiscopo et reddit X solidos archiepiscopo. 25. Feudum Juhel de Marisco

p.286 (2)
de la mer, comme la paroisse de Paluel (dont le nom s'esL conservé auprès de la digue, au nord de Roz-sur-Couesnon). La paroisse de Paluol est liien connue .au XIIIe siècle. Elle n'existe plus au XVI 1° flliat. de Dol. p. 235). Nous savons que. vers la fin rlu XIIe, on vers le commencement du XIII0 siècle

p.287 (6)
TERHITOIKE ET ÉGLISE DE DOL. feudum Hamonis, filii Ilerlandi, et decima de Carphcnlon, sunt h archiepiscopi dominica. 27. De Cuguen, antiqui homincs, jurati, dixerunt quod Meslebert, et Cremon quod modoi appellatur Machua, et Juhellemeria, et Lande de Cliatteville et de Cuguen, sunt de dominico

p.292 (1)
SECONDE JOURNÉE. pa ne gand ar muriou ehon bed ranucrsed; 3250 ma Doue, ma hrouer, rno ped, ma hondued! Ar prosesion, an ol velolen, ar venec hac ar gnhisnncrl hac eur bob jnfinit a dcu da gaed an or; ar priol a dialhue hac a digor an or; Louis a nem dol dan doulin; ar priol a saf ediurech en er

p.NP (4)
JKAN ALLENOU HISTOIRE FÉODALE DES MARAIS, TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL [fvilr et fin). APPENDICK 1 CHARTES DU CARDINAL ROLLAND relatives anx marais ut territoire de Dol. I. Charte non datée et inédite. Rolland, Elu de Dol, confirme à l'abbaye de Savigny le don d'une place, pour y établir

p.326 (1)
paginani sigilli nostri auctoritatc munivimus. II. Charte de Tannée 1184, par laquelle Rolland, Elu de Dol, concède le. territoire de Lillemer à Robert de Torigni, abbé du Mont-Sainl-Michel. Trois éditions 1° L'édition des bénédictins bretons, dans LoBTNEAr, Preuves, col. 314, et dans Mortce, Preuves, I

p.327 (1)
TJSBJUTOIBE ET ÉGLISE DE DOL. col. 774 ce n'est qu'une édition résumée source indiquée l'itres du Mont-Sainl-Micliel. 2° L'édition cTHauréau, dans le tome XIV de la Gallia Christiana, Instr., col. 248 d'après une copie du ras. de Gavjnières, n° 138. – 3° L'édition de Delislk, dans Chroniq

p.329 (1)
TKRHITOIEE ET ÉGLISE DE DOL. APPENDICE II 1. Charte de Rolland, relative au monastère de Léhon, Geoffroy Tehel étant chapelain du prélat. Cette pièce doit se placer entre 1181 et 1184. Elle pourrait fort bien être du même temps que notre enquête. Morice, Pr., I, 702. Métropol. de Br., p. 846. 2

p.331 (4)
TERRITOIRE ET ÉGLISE DE DOL. Au commencement du XII» siècle, dans le pays de Dol, Eudes Baderon prit Asciria pour femme. Leur fils, Gédouin Baderon figure en llil. Un autre Gédouin Baderon dépose en 1226 dans l'enquête sur le nombre de chevaliers dus par l'évêque de Dol à l'ost ducal. Sources

p.332 (2)
. – Commencement du Xe siècle. Exil du clergé dolois devant les invasions normandes. Agan. Vivait en 930. Wichoen. Seconde moitié du Xe siècle. MAIN Il. Vivait en 990. ROLAND Ier. – Très douteux. Ginguené. – 1008, c. à 1039, c. – 11 fonde la seigneurie de Dol-Combour; et c'est lui, probablement

p.333 (4)
TEREITOIKE ET ÉGLISE DE DOL. Johel (ou Juthaël). Archevêque en 1039, c. Excommunié en 1050. Déposé effectivement en août-sept. 1076 »). S. Gilduin. Elu de Dol. Août-sept. 1076. Even. Sept. 1076-sept. 1081. Une dizaine (Farinées obscures. Jean II. Elu de Dol. Mort à Rome, le 10 déc. 1092 W. ROLLAND

p.334 (6)
HISTOIRE FEODALE DES MARAIS Olivier. – 1147-1153. GUILLAUME. Elu de Dol. Election cassée. Hugues LE Roux. – 1154-1161 (démissionnaire). Roger Du Homet. – Elu de Dol, en mars 1161. JEAN III. 1163, c. 1177. Elu de Dol (archevêque w?). ROLLAND III. Elu de Dol. Cardinal, 11 nov. 1177-1188? `? Henri

p.335 (1)
TEERITOIKE ET ÉGLISE DE DOL. ERRATA OU ADDENDA Note 55, ligne 10. Orpol, lire ToitroL. Note 194, fin. En faveur de l'origine rennaise du cardinal Bernard, il y a une mention de l'Obituaire du chapitre de Rennes, rédigé au XIV" siècle (voir un article de Guillotin DE COHSON, dans ses Miscellanées

p.557 (2)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE UHA-PrmE il Catalogue épisoopal '[Suite et fin). 72. MELCHIOR DE Marconnay. – Abbé commendataire de l'abbaye de Rillé, il fit, avec l'autorisation des cha- noines de Dol, quelques démarches pour succéder à Charles d'Espinay. Mais il n'y réussit pas W. Nous le cataloguons

p.558 (5)
. 1610, par Ennemond de Revol, à M. du Gouldray, procureur des Etats du pays et duché de Bretagne « Monsieur, vous » scavez comme y devant j'ay esté nommé par le roy defunct a l'Evesché » de Dol, et que depuis me demetant en faveur de Monsieur de Dol qui est a présent, il en a esté pourveu en cour

p.559 (9)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. 1603 W; sacré à Paris, le 6 janvier 1604, prend posses- sion le 20 février suivant 2' fonde un monastère de visitandines à Dol, en 1627 «) meurt le 6 août 1629 W est inhumé dans un cercueil de plomb, le 9 suivant (5). 75. HECTOR D'OUVRIER (6). Né à Toulouse; docteur

p.560 (5)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. canoniquement par bulle papale du 10 juin 1630 consacré le 11 août suivant prend possession par procureur le 25 août 1030 W. Gouverneur des ville et château de Dol, il porte aussi le titre de Conseiller du Roy en ses conseils d'Etat et Privé. En février 1634, il recommande

p.561 (5)
juin 1655. Ayant appris son décès, les chanoines de Dol réso- lurent de lui faire un service funèbre, et exprimèrent leur « très grand regret de la perte d'un si digne prélat » dans le grand soin qu'il a toujours eu de ce diocèse » durant quatorze ans qu'il l'a heureusement gouverné

p.562 (6)
LA METROPOLE DE BRETAGNE. 77. Robert CUPIF. Doyen de la collégiale du Folgoët, puis évêque de Léon; transféré à Dol, en 1648; obtint ses bulles pour ce second évêché, en 1652; prit possession, le 16 février 1653; mourut à Rennes, en plaidant contre son chapitre, le 21 septembre 1659 W; le président

p.563 (4)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. 563 Carmes, où il fut enterré M. L'héritage du prélat comprenait une magnifique bibliothèque W. 78. Mathieu Thoheau '31. – Né en 1612, à Poitiers; doyen de (1) Messire Robert Cupif, seigneur evesque et compte de Dol, fut conduit en l'église

p.564 (12)
LA MÉTEOPOLE DE BRETAGNE. ir s* il fient* ^rtmmû rltSr»iif*i rln canAnH Poitiers; il figure comme député du second ordre de la province de Bordeaux, à l'assemblée générale du clergé, en 1650 agent du clergé de France sacré évêque de Dol, le dimanche 2 octobre 1661, à Paris, par l'archevêque

p.565 (11)
de iidélité au roi le 16 juillet, Sa Majesté entendant la messe dans la chapelle des Tuileries, en présence de Monseigneur le duc d'Orléans, régent, et de l'aumônier ordinaire prend possession par procureur, le 13 août 1716 fait l'ordination du 18 sept. 1717 au séminaire de Dol; date un acte de son château

p.566 (5)
. acq., ms. (r. 5273. fol. 207). Voir les autres litiges du prélat mentionnés dans YHist. de Dot. Voici une lettre qui montre les débuts actifs de l'évêque « A Dol, ce 18 juin 1718. Monsieur, Monseigneur et le Bureau » Ecclésiastique de ce diocèse ayant été informés par quelques particu» culiers

p.567 (12)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. 7 vantW. Il était abbé commendataire de Troarn, et l'on conserve son portrait à l'hospice qu'il fonda dans ce lieu te). 82. Jean-François lI, ou J.-F. Dondel W. Sacré à Paris, dans une chapelle des Jésuites, le 16 février 1749; entre à Dol le 1er mai suivant; anti

p.568 (11)
; 1904-, p. 30-37; Annal. de ta soc. archèoL de Sainl-Malo, année 1913, p. 174, 180 Mêm. de la soc. archéol. de Rennes, XLIII, 2e part., 1014, p. 277, Aux Arck. dep. DE RENNES, la liasse G. Evèché de Dol évêques de Dol, contient quelques lettres de Mgr de Hercé, mais elles sont sans intérêt, sauf

p.569 (11)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. 1726 vicaire général de Nantes, en 1754 reçoit ses bulles pour le siège de Dol, en juin 1767; sacré à Paris le 5 juillet suivant; entre à Dol le 6 septembre 1767; dirige son évOclié avec application réforme la liturgie diocésaine, et, en 1771, publie un nouveau recueil

p.570 (1)
, donne même 16 chanoines, non compris l'évêque W. En 1614, quinze chanoines (sans l'évêque); en 1661-1662, même chiffre en 1671-1672, même chiffre. ORIGINES DE l'évêché DE DOL. N° II. Système Tourangeau-Nantais. L'indiculus de episcoporurn BrUonum depositione fut édité par Sirmond, en 1623, d'après

p.571 (2)
breton, p. 440). Si l'on accepte le placard tourangeau pour antique et véridique, on doit dire que l'évèché de Dol date du coup d'état ecclésiastique de Noménoé. Ce système a trouvé quelques partisans (J. Geslin DE BOURGOGNE et A. DE Barthélémy, Ane. Evêch. de Brel., I, 1.855, p. xlvii et sq

p.572 (3)
. Qu'il me permette de lui en exprimer publiquement ma gratitude. Retournant à Rome, AI. Pocquet du Haut-Jussé a pris le chemin- de la Méjanes, et m'a communiqué une analyse de trois documents dolois, qui appartiennent à cette belle bibliothèque 1° Liasse 1428, n" 180. Pièce du 27 nov. 1431. Le chapitre de Dol

p.NP (1)
CARTE de L'EVÊCHÉ dc DOL

p.573 (6)
LA MÉTBOPOLE DE BRETAGNE. » Rennes, Alet, Vannes, Quimper, Occismor (Léon), cl \a » territoire de Dol dépendait alors d'Alet. Survinrent les » Prisons et les Golhs, qui ravagèrent entièrement la, Bre» tagne. Lorsqu'il arriva dans ce pays dévasté, S. Samson » fonda le siège de Dol. Cependant

p.574 (5)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. hn CI,, llnl r,'oel_t,_ l;nn ,mo 1 f un évêché de Dol, c'est-à-dire une division territoriale, se moulant dans la forme de quelque civitas, et gouvernée suivant les usages gallo-romains, mais il y eut une maison épiscopale, qui fut un centre d'activité religieuse

p.575 (3)
des pièces hagiographiques, comme les vitœ Samsonis, les vitœ Turiavi; enfin, il rend compte du développement définitif de Dol en chef-lieu ecclésiastique de la province bretonne. Pour la constitution progressive de ce système, voir Martène, Thesaurus, III, 1717, col. 851: LOBINEAU, Hist. de Brel., I

p.576 (2)
la préférence qui aurait été donnée subitement à Dol, comme quelques-uns ont essayé de le faire (Vidal DE LA BLACHE, La France, 1908, p. 296-7), c'est s'exposer à des objections frappantes, et reconstruire le passé avec une mentalité moderne. Pour comprendre la prééminence du monastère samsonien de Dol

p.577 (2)
et curiales. Dans tout le registre de Grégoire XI, m'a-t-il écrit, je n'ai trouvé qu'une seule lettre ayant trait à l'évêque de Dol. La voici, d'après la copie que je dois à la générosité du savant archiviste Lettre de Grégoire XI à l'évêque de Dol, datée d'Avignon, 29 octobre 1374, pour le féliciter

p.578 (5)
. En plus, deux lettres papales du 18 mars 1367, une lettre papale du 7 mars 1371, et une pièce des Oblig alloues, du 17 juillet 1371, nous signalent encore Gaufridus, évêque de Dol. Enfin, une lettre papale du 27 mai 1381, adressée Guidon épo Dol., nous apprend que ce destinataire, évêque de Verdun

p.579 (1)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. N" VI. – ALAIN DE LESPERVEZ. Les épreuves de notre travail étaient corrigées, lorsque M. Pocquet du Haut-Jussé a publié, dans la Bibl. de VEcol. des Chartes, un compte ducal de 1435-1436, qui nous apprend que Jean V donna 42 livres « aux chanoines de Dol, pour faire

p.580 (8)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. et les années suivantes, que le chapitre paye 24 sols, en tout, « aux recteurs et prêtres des paroisses de Mont-Dol et de Baguer-Morvan, pour le port du reliquaire et du chef de Sainte Marguerite à la procession DES RELIQUES ». En mai 1792, la municipalité décidait encore

p.581 (1)
LA MÉTROPOLE DE BRETAGNE. De cette église de Dol, dont l'histoire se déploie à travers mille deux cent cinquante années, environ, il ne reste plus rien, hormis une cathédrale, qui est une merveille de l'Art français. Puisse ce livre contribuer à en faire mieux connaître les souvenirs A sa manière

p.595 (1)
Coste (Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXXI, année 1916). Dans cette collection de 4.000 dessins, conservée à la bibliothèque de Marseille, la Bretagne n'est représentée que par vingt-cinq dessins exécutés en 1875 représentant les monuments de Dol, de Saint-Malo et de Dinan. H

p.598 (1)
/HIBLI0GRAPHIE BHETO!K 1. Duine. – La métropole de Bretagne [Dol]. – Annales de lïretar/ne. t. XXXII, p. 24-50, 217-237, 409-432, 509-529. 2. Gallouédec (Le). La Bre- Lagne. Préface de M. Maurice Faure. 2e édition. Paris, llachelte, in-8°, m-267 p. 3. Grand (Roger). – Le contrat de complant depuis

p.601 (1)
de Dol. Annales de Bretagne, t. XXXII, p. 897-327, 530-553. 44. Bernard (Daniel). Essai de bibliographie de l'île de Sein. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XLIV, p. mVIII. 45. Bernard (Daniel). Quirnper au XVIIIe siècle. Notes et documents. I. La comédie ?t les jeux à Quimper

p.608 (1)
BIBLIOGRAPHIE BRETONNE. H. BOURDE DE LA ROGERIE. Table alphabétique des noms de lieux. Angers. 71. Beaussault-en-Bray. 10. Belle-ne-en-Mer. 54. Brest. 46. Cesson. 82. Coat-er-Laji. 112. Cornouai'lle. – 34, 107. Côtes-du-Nord. 84. Couasmes (Cesson). 82. Croisic (Le). 58. Dol. 1, 43. Finistère. 20

p.NP (1)
de Bretagne SOMMAIRE Pllg@ Jean Allenou. Histoire féodale des marais, territoire et église de Dol (suite et fin) 325 Maurice Bernard. La municipalité de Brest de 1750 à 1790 (smzVc) 336 Lucien Guillou. – André Vanderhoyde, courtier lorientais, et ses opérations (1758-1765) [suite) 379 Louis